Depuis sa création par Décret n°0227/PR/MIMT du 23 juin 2014, l’Agence Gabonaise de Normalisation (AGANOR) poursuit sa mue, ainsi que sa structuration et densifie progressivement ses activités en lien étroit avec les Stratégies de Développement de notre pays. Aussi, concourt-elle à l’adaptation de notre Economie à l’environnement économique mondial régulé par la Normalisation, la Métrologie, l’Evaluation de la Conformité et la Promotion de la Qualité. C’est en soi un outil essentiel, sinon indispensable au service du développement économique et de la sécurité du consommateur.

L’Infrastructure de la Qualité est un indicateur fondamental d’appréciation de la dynamique de développement d’un pays. En effet, on entend généralement par Infrastructure de la Qualité l’ensemble des cadres politiques, juridiques, réglementaires et administratifs ainsi que les accords institutionnels (qu’ils soient publics et/ou privés) requis pour l’établissement et la mise en œuvre de la normalisation, de la métrologie (qu’elle soit scientifique, industrielle et légale), de l’accréditation et des services d’évaluation de la conformité (à travers des inspections, des essais et certifications des produits et des systèmes) nécessaires pour fournir des preuves acceptables que les produits et services répondent aux exigences définies, exigées soit par les autorités (par exemple, dans le cas de la règlementation technique) soit par le marché (par exemple, de manière explicite ou implicite). En scrutant de près cette déclinaison apportée par les instances internationales notamment l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI), nous sommes inspirés et nous sommes conduits, en tant qu’instance de Normalisation pays, à déployer tous les outils nécessaires à la concrétisation de nos actions qui cadrent avec les ambitions et la vision du développement de notre pays.

Oui, l’Infrastructure de la Qualité se retrouve au cœur des missions dévolues à l’AGANOR. L’arsenal juridique est bien présent : La loi 006 du 28 août 2014 instituant le Système National de Normalisation, le Décret 326/PR/MMIT relatif au transfert des activités de la Métrologie légale à l’AGANOR, le Décret 0341/PR/MIM instituant le Système National d’Evaluation de la Conformité, le Décret 0031/PR/MIM portant instauration du Prix Gabonais de la Qualité sans oublier tous les autres textes non moins importants.

Qu’il me soit toutefois permis de rappeler dans le cadre de cet édito, la nécessité d’installer de manière durable les Systèmes de Normalisation, de Métrologie, d’Evaluation de la Conformité et le Système National de la Promotion de la Qualité.

S’agissant du Système de Normalisation, il est actuellement au cœur de l’architecture de la mondialisation. En effet, les Systèmes de Normalisation et de réglementation technique s’intègrent dans l’environnement des entreprises en apportant des solutions à la fois aux entrepreneurs et aux employés. Ces derniers peuvent y trouver une protection sur les lieux de travail, par exemple au travers des Normes de santé, de sécurité au travail. Dans le même temps, le consommateur d’un bien peut se satisfaire de la garantie sur les produits de consommation lorsque les Normes d’étiquetage et d’emballage des produits sont clairement respectées. Un industriel y verra à partir des Normes et de la réglementation établies pour l’accès au marché, le véhicule du progrès technique et un formidable outil stratégique dans le jeu de la concurrence. Chaque année, l’AGANOR élabore des normes au sein des Comités Techniques pour s’arrimer aux exigences internationales.

En ce qui concerne le Système National de la Métrologie, il assure la responsabilité première de veiller à ce que toute mesure effectuée dans un pays puisse être remontée jusqu’au Système international d’unités, grâce à l’utilisation de Normes internationales. Contribuant ainsi à faciliter l’acceptation des produits, des processus, des mesures et des essais sur les marchés locaux et étrangers. Au niveau de l’Agence, et pour la Surveillance des marchés, plusieurs actions sont menées, d’autres sont à mener, notamment :

  • La vérification des compteurs d’électricité ;
  • La vérification des compteurs d’eau ;
  • La vérification des compteurs des dépôts pétroliers ;
  • La vérification primitive au sein des stations-services ;
  • Le jaugeage des camions citernes ;
  • L’étalonnage des jauges étalons.

Pour ce qui est du défi commun du Système National d’Evaluation de la Conformité, il repose sur la résilience d’apporter les éléments de preuve qu’un produit, un procédé ou un service répond aux exigences énoncées dans une Norme ou une réglementation technique. Ces éléments de preuves peuvent être fournis par le fabricant, l’acheteur ou une tierce partie indépendante selon les conditions prévues. A cet effet, sur décision du Gouvernement, conformément aux Hautes Instructions du Président de de la République Chef de l’Etat, S.E Ali BONGO ONDIMBA, l’Agence a mis en place depuis 2016, le Programme Gabonais d’Evaluation de la Conformité (PROGEC) avec l’appui des Ministères en charge de l’Industrie et de l’Économie, et avec le concours des partenaires Bureau Veritas, SGS, Intertek Limited et COTECNA, afin de s’assurer de la conformité des produits issus des matériaux de construction, les appareils électriques et électroniques, les cosmétiques et produits manufacturiers divers. Dans le même élan, l’Agence procède à la certification de quelques produits dans l’industrie naissante de notre pays.

Enfin, la Promotion de la Qualité consiste à promouvoir une culture qualité dans les secteurs privés et publics du Gabon à travers l’information, la sensibilisation, la formation et l’appui technique aux organisations.

La Promotion joue un rôle essentiel dans le développement de l’Infrastructure de la Qualité dont les piliers fondamentaux sont singulièrement la Normalisation, la Métrologie et l’Evaluation de la Conformité.

En pratique, il s’agit de :

  • Promouvoir la qualité des biens et services ;
  • Sensibiliser les opérateurs économiques et les consommateurs en matière de Normalisation, de Métrologie et d’Evaluation de la conformité ;
  • Vulgariser et assurer la promotion des normes, de la Marque Nationale, ainsi que l’usage des unités de mesure du Système International de Métrologie ;
  • Réaliser les activités relatives à la formation et à l’assistance technique dans les domaines de l’Infrastructure de la Qualité ;
  • Assurer la diffusion des informations sur les normes et règlements techniques nationaux et étrangers ;
  • Promouvoir la qualité à travers l’organisation d’un Prix Gabonais de la Qualité.

Toutes ces activités dont la liste n’est pas exhaustive ne se seraient pas réalisées sans la volonté et la détermination manifeste du Chef de l’Etat qui a placé la diversification de notre Economie à travers l’industrialisation au cœur du dispositif de développement.

Les hommes et des femmes qui m’accompagnent dans l’accomplissement de la noble et exaltante mission de continuer à mettre en œuvre l’Infrastructure de la Qualité font preuve d’une opiniâtreté incontestable et acceptent le sacrifice y afférent.

Forte d’une ambition portée sur des fonds baptismaux par mes prédécesseurs, auxquels je tiens à rendre un vibrant hommage, et que nous avons à cœur de perpétuer, l’Agence Gabonaise de Normalisation s’enracine résolument dans les missions que lui confère l’Etat pour accompagner le développement de notre pays.

Abdu Razzaq Guy KAMBOGO,
Directeur Général de l’AGANOR